> Retour vers rêve de Nomades <

Catégorie: m- Inde

10.07.08

S’ imprégner savourer profiter …

Permalien 16:15:46, Catégories: m- Inde  

Partager un instant, une journée avec ces hommes, ces femmes qui, dans l’instantané peuvent paraître si différents de nous.
L’illusion est parfaite…
Un contact, des regards et ici encore plus qu’ailleurs le cœur de l’homme s’ouvre si simplement et généreusement à l’inconnu.
Se faire offrir le thé c’est accepter de connaître un peu l’autre, discuter de choses simples et profondes.
L’ Inde c’ est un pays de fou, d’illuminés d’êtres d exceptions et de sagesse.
L’Inde nous effraie, nous passionne et nous provoque dans les tripes…
L’Inde est un monde à part où il faut surtout prendre le temps ; peut être de se redécouvrir et puiser l’énergie de ce peuple bouillonnant.
Il y a dans cette terre une force indescriptible qui vous plonge très vite face à vous-même…

Entre l’Inde et Tibet, entre traditions et modernité, chacun trouve sa place.
Le temps s’écoule et pour nous, les derniers grains de sable se précipitent vers nos racines.
Notre pays nous attend.
Notre famille nous ouvre déjà les bras.
Bientôt les grandes retrouvailles entre amis, nos cœurs bouillonnent maintenant d’impatience
de vous revoir, de vous serrer dans nos bras et faire sauter les bouchons…

27.06.08

Dharamsala, un monde derrière le monde.

Permalien 07:56:01, Catégories: m- Inde  

« om mani padme hum »…

Arriver sur Dharamsala, c’est un peu quitter l’Inde pour découvrir l’âme tibétaine.
Mais cela se mérite, les 30 heures de transport furent plus que jamais interminables…
Mais derrière chaque route un nouveau monde, une atmosphère différente, des hommes et femmes aux visages singuliers avec partout, les mêmes sourires qui nous accueillent sur ces terres nouvelles.
Ici, nous sommes venus chercher la fraîcheur des montagnes, le calme et le repos pour la dernière étape de notre longue expédition.
En pleine montagne, loin de la ville, des commerces, nous avons trouvé le lieu idéal.
Imaginez une maison isolée à 2000 m, une vue magnifique sur les montagnes, un sentier de pierre menant au village.
Chez Hari Baba, c’est un lieu exceptionnel pour se ressourcer.
Hari est un ancien Sadhou qui a quitté l’isolement pour vivre avec Ria, et monter leur « petite chambre d’hôtes »

Ici la vie est imprégnée du spirituel, partout autour de nous, des petits temples éparpillés ici et là où le peuple médite et s’imprègne de l’énergie du lieu.
A Bhagsu au village du bas, Akhilesh m’enseigne chaque jour le Reiki, Elodie pratique le Yoga…
Ouhaou, plutôt zen les Nomades…
Marilou Salomé jouent dans le jardin et perfectionnent leur anglais avec les enfants du coin.

Ici, nous resterons trois semaines, avant notre retour en France ; je n’ose à peine encore imaginer le contraste. Ici la vie paraît si simple…
Le soleil rayonne chaque matin, et nous en profitons pour faire de belles balades, l’après midi, les brumes, la mousson montent de la vallée vers la montagne accompagnant les chants des moines tibétains.
A Dharamsala, 5 km plus bas, plus de 15000 réfugiés tibétains réorganisent leur vie autour de la résidence du Dalaï-lama. C’est un petit « Lhassa » où des bouddhistes du monde entier se rencontrent, étudient pour la sauvegarde de l’héritage culturel d’un peuple sous l’oppression chinoise.

15.06.08

Serait-ce un rêve…

Permalien 08:51:41, Catégories: m- Inde  

D’Agra, nous continuons notre route dans l’Uttar Pradesh, puisque le Rajasthan est actuellement bloqué pour des raisons de politiques intérieures. La population manifeste et bloque les transports…
Mais pas de souci, l’Inde est immense, il suffit juste d’une énorme capacité de patience pour réserver nos billets de train.
Et là, croyez-moi c’est l’apprentissage de la sagesse. Je ne compte plus les heures d’attente pour un simple billet familial.
Le trajet se fera de nuit sur des banquettes couchettes inconfortables. Un œil sur les sacs, nous essayons de nous mettre dans notre petite bulle. Notre esprit essaie de se déconnecter de la réalité.
Tout autour de nous, c’est un peu la cour des miracles… Une odeur de pisse chaude encense l’atmosphère.
Le train est bondé, juste à nos pieds, un corps inerte sur le sol.
Les religieux, les mendiants, les infirmes, les lépreux, les mômes sans famille défilent sous nos yeux déjà fatalistes…
Après 14 h de train nous voici enfin arrivés à Varanasi « Bénarès » la ville sainte.
La chaleur, la poussière et le bruit ne nous quittent pas, les rues sont bondées, les rickshaws slaloment aux coudes à coudes…
De ruelles en étroites venelles nous voici bientôt au bord du Gange.
Ici, le vent et l’esprit de Shiva tournent autour de nous.
Sur plusieurs kilomètres, des escaliers de granit rose forment les ghats.

Des milliers d’indiens viennent dans le Gange faire leurs ablutions, prononcent les mantras sacrés, mais aussi se lavent les dents, se savonnent là où se déversent les égouts de la ville.
Dans cette immense salle de bain à ciel ouvert aucun microbe qui se respecte ne saurait vivre bien longtemps…
Assis sur une marche, un vieillard attend la mort, il regarde le Gange où flotte une vache en chemin vers le nirvana.
Il règne une atmosphère saisissante, devant nous le corps drapé d’un défunt est conduit par sa famille sur le lieu de crémation.
Quelques mètres plus loin nous voyons les bûchers où des cadavres disloqués se consument lentement.
Cela fait maintenant 6 jours que nous nous imprégnons de cette ambiance « religieuse »…

Marilou et Salomé s’acclimatent parfaitement à ce monde si loin du nôtre.
Chaque jour des Brahmanes, Sadoux et autres Babas nous saluent, nous bénissent en chemin.
Nous avons souvent l’impression d’être dans un rêve tellement l’ambiance est ici surnaturelle.
À la tombée de la nuit, les chants sacrés raisonnent sur Bénarès, des milliers de bougies flottent sur le Gange et cela me rappelle le film : Le temps des gitans…
Le soir, il faut rejoindre notre petit hôtel à travers des ruelles sombres et étroites encombrées par des vaches somnolentes.
Il faut alors éviter les bouses, les trous des égouts, les bouts de ferraille ou encore cette charrette qui passe sans se préoccuper de nous.

Bientôt nous retournerons sur Delhi pour reprendre un bus vers l’Himachal Pradesh, aux frontières du Kashmir et du Ladakh.
Nous avons besoin de fraîcheur et de repos au pied de l’Himalaya.

08.06.08

Majestueux Taj Mahal

Permalien 11:09:49, Catégories: m- Inde  

Et oui,ce n’est pas pour rien que le Taj Mahal est le site le plus visité au monde.

En arrivant sur les lieux nous devons franchir les murailles de grès rouge, comme un écrin protège son joyau.
Nous franchissons une porte gigantesque puis s’impose brutalement à nos yeux, une vision éblouissante, presque irréelle…

Planté devant nous, le Taj Mahal se dresse colossal, curieusement il semble flotter dans l’air tel un palais de science fiction.
Il est 17 heures , tout autour de nous une foule colorée contemple…
En cet instant précis, je me sens soudainement seul et pétrifié d’émotion. Les frissons m’envahissent devant cette première vision éblouissante.
C’est indéniable, seule l’énergie d’un Amour perdu pouvait donner à cet empereur la force de concevoir un temple si beau qui n’a son pareil au monde.
Le site est prodigieux, entouré de bassins, le Taj Mahal surprend par sa grandeur, par la finesse des sculptures de son marbre blanc.


Sublime citadelle de Fatehpur Sikri

07.06.08

8 heures du mat’ : 41° à l’ombre…

Permalien 11:01:19, Catégories: m- Inde  

Visiter Delhi au mois de juin relève d’une véritable épreuve sportive mais comment ne pas parcourir la cité des souverains turcs, afghans, moghols et britanniques…
Notre rickshaw est sur les starting-blocks… Nous allons bientôt slalomer entre la foule grouillante des quartiers bouillants, bruyants et agités.
Pourquoi ne pas se perdre à pieds dans ces ruelles étroites, s’abandonner et se laisser porter par l’énergie d’un lieu qui semble sortir de l’imaginaire.
La foule c’est une vague qui vous porte et vous projette hors du temps.
On en ressort poussiéreux, crevés, un peu déboussolés.

C’est le moment visiter les monuments, allez les filles encore un peu de courage.
L’ombre des jardins sera bienfaisante…
Les édifices sont des trésors d’architecture gigantesques où les contrastes jouent entre grès rouge et marbre blanc.
La lumière s’infiltre dans les moucharabiehs,nous savourons un peu de la fraîcheur relative.
Le chant d’un oiseau suspend le temps.

:: Page suivante >>

Juillet 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Rechercher

Le Blog Rêves de Nomades

Suivez les Aventures de la p'tite famille...

powered by
b2evolution